L’inconfort pour changer sa vie

« Il n’est pas bon d’être trop libre. Il n’est pas bon d’avoir toutes les nécessités. » Cette citation de Blaise Pascal introduit très bien le sujet. Dans notre société moderne et contemporaine actuelle, nous possédons un certain confort, certes qui varie entre les classes sociales mais un confort tout de même bien supérieur à celui des siècles précédents et celui des pays en développement. Alors on peut se demander si un tel confort est justifié,  utile ? 

Bien sûr c’est agréable d’avoir de l’eau chaude, des petites douceurs sucrées à porté de main, une voiture pour faire 5 minutes de trajet qui se font en 10 minutes à pied, etc. Mais est ce réellement bon ? Est ce que à force de vivre dans le confort toute la journée on n’oublie pas ce qu’est réellement le confort ? Je pense que le trop confort mène au final à ne plus ressentir le confort. Lorsqu’on mange une première part de gâteau, on ressent beaucoup de plaisir,  si on en reprend une seconde on ressent une nouvelle fois du plaisir mais tout de même moins. On se ressert une troisième fois par gourmandise mais le goût et l’éclat de saveur du début ne sont plus vraiment là, la quatrième part vient même à nous dégoutter. On peut faire le lien avec le confort, trop user du confort revient à ne plus en profiter, ne plus réaliser les apports que cela représente. Trop user du confort revient petit à petit à perdre la connaissance de ce qu’est le confort. C’est pourquoi je pense que le confort est un de nos pire ennemi. 

 

Le Confort une tentation à limiter

Le confort est notre pire ennemi. Quand je choisis par exemple de rester sous ma couette au lieu d’aller travailler, je choisis le confort est c’est mauvais pour moi. C’est mauvais car cela risque de me mettre en retard, de montrer un manque de respect envers mes collègues. Le confort est une tentation qu’il faut limiter. Il ne faut pas la supprimer mais bien la limiter. Supprimer le confort reviendrait retourner au moyen âge. En revanche il faut apprendre à le limiter au quotidien et même à le réduire au maximum de temps en temps afin de ne pas perdre la sensation du confort. Comment réaliser qu’une douche chaude est un luxe et en tirer du bonheur si je ne connais pas l’opposé, c’est à dire l’eau froide voire glaciale. Et pourquoi l’inconfort ne serait pas en réalité une forme de réel confort ? 

La force mentale

J’ai une phrase en tête, je ne sais plus d’où elle me vient mais elle marquante :

« Des temps difficiles naissent des hommes forts, des hommes forts naissent des civilisations prospères, des civilisations prospères naissent des hommes faibles et des hommes faibles naissent les temps difficiles. « 

Ici la force ne signifie bien sur pas qui a les plus gros bras, c’est plus l’idée d’une force intérieure, une force mentale. Confronté à l’adversité, on s’améliore, on se développe. Depuis un certains temps, j’expérimente les douches froide. Ce n’est pas une expérience facile. Mais les bienfait sont là, j’ai découvert ça lors d’un voyage à Saint-Pétersbourg ; les canalisations de la ville sont très vieilles ce qui fait que l’eau chaude à une odeur de souffre. Ensuite dormant dans une auberge de jeunesse, le luxe n’était pas au rendez vous et les douches n’étaient pas très développées. J’avais le choix  entre une eau brûlante et une eau glaciale. J’ai bien sûr choisi la dernière. Non seulement j’ai réalisé à quel point l’eau et l’eau chaude sont un luxe et un confort inimaginable mais en plus j’en ai tiré de réels bénéfices. 

 

La douche froide, une pratique bénéfique

Certains effets sont directs. Déjà je me réveille directement, ça me fait l’effet d’un boost. Je me sens plus énergique, Je ne bois pas de café mais je me demande si les effets sont équivalents. Si quelqu’un a expérimenté les deux, qu’il me le fasse savoir en commentaire ! Au niveau long terme, je développe ainsi une résistance plus importante au froid ce qui n’est pas négligeable en hiver lorsque tout le monde tombe malade. Enfin, c’est avant tout une expérience mentale. Elle me permet de me dépasser, de développer ma résilience et surtout je dois avouer que cela procure beaucoup de confiance en soi suite à l’épreuve surpassée. La douche froide est une véritable épreuve mentale pour réussir à faire abstraction du confort de l’eau chaude et se confronter au froid, surtout le matin lorsqu’on a juste envie de retourner sous la couette ! 

De plus, se séparer du confort me permet de prendre conscience de la chance que j’ai d’avoir ce confort, ce que vivaient les gens dans les siècles précédents et les populations pauvres du monde actuel.

Les avantages de l’inconfort

L’inconfort est ce qui a toujours fait progresser les civilisations. C’est ce qui a amélioré nos technologies, nous a poussé à la recherche. L’inconfort donne envie d’accéder à une chose meilleure. Se confronter à l’inconfort d’aller parler en public ou à une personne inconnue renforcera la confiance en soi, l’inconfort du sport nous rendra plus sain, …

Le progrès technologique est linéaire, il ne fait qu’augmenter sur le long-terme . Mais qu’est-il du progrès humain ? J’ai bien l’impression qu’il stagne, voir régresse. Pourquoi l’empire romain a brusquement chuté ? On peut y voir plusieurs facteurs, mais je pense que le principal est que l’empire romain c’est trop reposé sur ses lauriers. Les hommes au pouvoir organisaient orgies sur orgies, toujours dans l’excès, à se plonger dans un confort pervers. La décadence des hommes a conduit à la décadence d’une civilisation entière, la Rome Antique à son apogée était extrêmement développée, avec les sciences, la philosophie, la raison….Et à cause de ceux qui ont voulu trop profiter de ce que la science et le développement ont pu apporter, Rome est tombée, et a laissé place au moyen âge, une époque de misère. Non seulement se confronter aux difficultés et à l’adversité nous permet de développer nos capacité personnelles, notre confiance en nous mais en plus cela permet un constant développement de notre société.

Le confort ou l’effet Black Friday

Marrée humaine pour le Black Friday

Le confort ne mène pas au bonheur, le bonheur n’a rien à voir avec ce qui est matériel, il est uniquement le fruit de nos pensées. Au contraire le confort rend les gens faibles, paresseux et souvent négligents. Pour bénéficier à la croissance économique, on a fait croire que le bonheur était associé à la possession matérielle, qu’il faut avoir l’électroménager dernier cri, etc ( ici, je ne mène pas un raisonnement politisé) . Mais un homme malheureux même après avoir acheté ce qu’il pensait nécessaire à son bonheur ne sera en réalité toujours pas heureux. Les gens qui se précipitent en magasin pour le black friday sont composés en petite partie de personnes ayant repéré un produit dont ils ont réellement besoin et ceux qui se précipitent pour trouver leur bonheur, sans aucun produit spécifique en tête. Selon moi, les deux sont dans l’erreur, les marques qui pratiquent le Black Friday ne sont pas éthiques. Généralement les prix sont gonflés 1 mois à l’avance pour tromper ceux qui font du repérage puis les prix sont réduits pour le Black Friday, Amazon est un des champions dans le domaine. Et si les prix ne sont pas gonflés auparavant, la question à se poser est comment ces marques finances-t-elles des campagnes de pub aussi importantes et permettent des réductions aussi importantes ? Elle ne pratiquent pas un prix juste le reste de l’année. Le Black Friday est l’événement pour les gens désorientés en quête du bonheur alors qu’il peuvent y accéder à n’importe quel moment.  Le Black Friday est une illusion, il donne l’impression aux gens de rater une occasion en or, il leur donne l’impression  d’être stupides s’ils n’en profitent pas alors que les autres le font. 

Le Black Friday est pour moi l’incarnation d’une société qui ne sait plus ce qu’est le confort et pense trouver le bonheur dans ce qui est matériel.  Le bonheur est une chose de l’esprit. 

La peur de l’inconfort

Des millions de personnes vont au Fast Food chaque jour parce qu’il ne résistent plus au confort du sucre, certains sont tellement aveuglés qu’il finissent par devenir énormes, et pour encore une fois éviter l’inconfort on préfère mettre en avant des mannequins en obésité extrême et les promouvoir afin de toujours donner l’impression aux gens que le confort est une bonne chose. La plus célébre est Tess Holiday : 

Tess Holiday mannequin et effigie du magazine Cosmopolitan

Elle pèse 127Kg pour 1m60, elle est donc en obésité morbide et pourtant tous les médias « lyfestyle et beauté » la mettent en avant. Pourtant elle s’expose à de nombreuses maladies mortelles  (listes des maladies liées ). Chaque année, c’est 2,8 millions de personnes qui meurent d’obésité. 

Bien sûr le harcèlement envers les personnes obèses est inacceptable, d’ailleurs certains aiment les rondeurs, mais est ce une raison pour véhiculer le message qu’être obèse est normal et il faut en être fier alors que cela est extrêmement dangereux ? Non.  Il suffit pourtant de faire un peu de sport et de manger sainement, Malheureusement, la peur de l’inconfort empêche beaucoup de gens de sauter le pas. L’excès de confort rend aveugle et dépendant. Ces millions de personnes qui vont au fast food plusieurs fois par semaines, si pendant une semaine arrêtaient le sucre, verraient leur vie changer. 

 » Toujours l’escalier, jamais l’escalator » – Casey Neistat Je pense que cette phrase illustre bien la situation, le choix de l’escalier ( inconfort) ou de l’escalator (confort) peu être vu sans importance, mais derrière ils en disent long sur notre personne. C’est un choix qui derrière induit en cascade d’autres choix. Si je prends l’escalier, peut être que je prendrai des choix plus sains pour moi. Si je prends l’escalator pour m’éviter 20 marches, comment vais je faire lorsqu’il s’agira d’être confronté à des situations compliquées ? 

Aujourd’hui la société cherche surtout à « faciliter » les choses, rendre tout plus simple : appuyer sur un bouton pour recevoir ce qu’on désir, moins se fatiguer avec les escalator,… On fabrique un monde en sucre pour des gens en sucre, mais dès que les situations difficiles font face, là plus rien ne va. Au lieu d’essayer de rendre les choses plus facile on devrait surtout rendre les hommes plus fort. Ainsi nous serrions capables de nous adapter à toutes les situations et ne pas perdre la face !

Les Exercices d’inconfort des Stoïques

Dans les écrits des stoïciens qui nous sont parvenus, on retrouve de nombreux exercices à l’inconfort pour améliorer ses capacités et sa résistance.  Marc Aurèle, empereur romain, s’habillait régulièrement avec des vêtements de mendiant et allait vivre quelques jours dans les rues de Rome sans argent pour prendre conscience de la chance qu’il a d’avoir le confort, mais aussi pour s’habituer à la pauvreté si elle venait à le frapper. 

Zénon de Kition s’habillait régulièrement avec un toges jaunes. A l’époque, c’était une honte en termes de mode, il était assuré d’avoir les regards de tous les passants portés sur lui. Ainsi, il  sortait dans la rue pour se confronter aux regards des gens et développer sa force intérieure et se détacher complètement des événements extérieurs comme le regard de la foule, devenir imperméable aux jugements extérieurs. 

 » Sois comme un promontoire contre lequel les flots viennent sans cesse se briser. » disait Marc Aurèle, c’est vraiment l’idée de part ce genre d’exercice développer une force intérieure tellement importante qu’on serait spectateur des choses extérieures qui gênent la plupart des gens. Combien sont dérangés par un simple regard dans la rue ? 

Je ne peux que vous conseiller de pratiquer l’inconfort pour vous améliorer, et développer votre esprit.

« Ah! je t’en conjure, garde-toi de frémir à la vue des épreuves que nous envoient les dieux comme pour aiguillonner nos âmes. L’adversité est l’occasion de la vertu. » Sénèque

Pour être tenu au courant de la sortie des prochains articles et recevoir des conseils vous pouvez vous inscrire à la Newsletter en cliquant ici

 

Click to rate this post!
[Total: 7 Average: 4.9]